UNSA Vos droits au quotidien Infos Générales Filières CDG35 Ville et Rennes Métropole Sapeurs Pompiers Pro et Volontaires Contact Forum Liens
Informations
i
Photos Aléatoires
i Conception du site


Mise à jour

Le 6 décembre 2018 auront lieu les élections professionnelles

Votez et faites voter UNSA


22-03--2018


Contact
i

POUR NOUS JOINDRE

02.23.62.24.68

Sur INTRANET Ville de Rennes nous consulter sous la rubrique "Syndicat"


Nous envoyer un  E-mail

Bulletin

D’adhésion


TRACT SOUFFRANCE AU TRAVAIL - MARS 2012





Les indicateurs objectifs de souffrance au travail

Dans le cadre du service de santé au travail

Augmentation :

-       Du nombre de visites spontanées auprès du médecin du travail ;

-       Du temps nécessaire d’écoute lors des visites médicales ;

-       Des examens médicaux et des orientations médicales à la suite des visites ;

-       Du nombre des salariés souffrant de troubles de la santé liés aux conditions de travail ;

-       De la fréquence et de la gravité des urgences sur le lieu de travail, liées à des incidents conflictuels ou à des états de décompensation.

Aggravation des indicateurs de santé négatifs (troubles musculo-squelettiques, troubles cardio-vasculaires),

Dans le cadre général du travail :

Acte violent sur le lieu de travail, risque de tentative de suicide sur le lieu de travail.

Augmentation : des accidents du travail ou de trajet en relation avec la tension vécue au travail ; du taux de rotation des personnels dans le service.


Indicateurs organisationnels :

Augmentation du taux : d’absentéisme, de maternité (mise en jeu d’un mécanisme de défense individuelle) ; des demandes de formations ; non fonctionnement des groupes d’expressions, etc…


Listes des pratiques organisationnelles potentiellement pathogènes

(susceptibles de provoquer une maladie)

Lien de subordination :


Les pratiques relationnelles : Elles assoient la relation de pouvoir:

Tutoyer sans réciprocité ; couper la parole ; utiliser un niveau de verbe élevé et menaçant ; faire disparaître les savoirs faire sociaux (ni bonjour, ni au revoir, ni merci) ; critiquer systématiquement le physique des agents ; utiliser des injures publiques, sexistes, racistes ; cesser toute communication verbale (pos-tit, note de service) ; instaurer des entretiens d'évaluation à visée de déstabilisation émotionnelle.

Les pratiques d'isolement : Elles entrainent la séparation de l'agent de son collectif de travail ou d'une partie du collectif, de l'autre clan,….:

Changement d'horaires de repas pour séparer des collègues habituels ; omissions d'information sur les réunions ; omission d'invitation aux réunions concernant l'agent ; injonction faite aux autres agents de ne plus communiquer avec la personne désignée ; afficher de la complaisance pour certains, une rigueur excessive pour d'autres, dans la gestion des horaires ou des temps de pause par exemple ; répartir la charge de travail de manière inégalitaire, en qualité et en quantité ; stigmatisation publique d'un ou plusieurs agents devant le reste de l'équipe ; management de concurrence stratégique.


Les règles disciplinaires : Les pratiques disciplinaires.

La surveillance des faits et gestes peut devenir persécutoire; contrôle des communications téléphoniques ; contrôle de la durée de pause, des absences ; contrôle des conversations avec les collègues ; obligation de laisser la porte du bureau ouverte pour que je vous vois ; notation sur un cahier, ………

Les pratiques punitives : Elles mettent les agents en situation de justification constante ;

Refus réitéré des demandes de formation de l’agent ;

Incohérence des procédures de notation et d’évaluation jouant sur les tableaux d’avancement d’échelon et de grade ;

Notes de service systématiques

Procédure disciplinaire non fondée ;

Affectation autoritaire dans le service ;

Incitation forte à la mutation ;

Heures supplémentaires non validées et non compensées ;

Vacances imposées ou non accordées sur la période demandée au dernier moment ;

Le pouvoir de direction et d’organisation : Les injonctions paradoxales.


Prescrire des consignes confuses et contradictoires qui rendent le travail infaisable, ce qui sera reproché dans un second temps ;

Définir une procédure d’exécution de la tâche et, une fois qu’elle est exécutée, contester cette procédure ;

Donner un travail sur le mode « mission impossible » ;

Faire refaire une tâche ;

Fixer des prescriptions rigides, à suivre « au pied de la lettre », sans prise en compte du réel du travail ;

Fixer des objectifs sans donner les moyens en qualité et en quantité ;

Faire venir l’agent et ne pas lui donner de travail ;


La mise en scène de la disparition :


Supprimer des tâches définies dans le profil de poste de travail, notamment des tâches de responsabilités, pour les confier à un autre sans avertir l’agent ;

Priver de bureau, de téléphone, d’ordinateur, vider les armoires ;

Effacer l’agent des organigrammes, etc….


La reddition émotionnelle par hyperactivité :

Fixer des objectifs irréalistes et/ou irréalisables entretenant une situation d’échec ;

Déposer des dossiers urgents cinq minutes avant de le départ de l’agent ;

Intensifier la charge de travail dans un temps imparti… ;